Affaire

Un acquittement tout à fait improbable

24 Sept. 2017
image
AFFAIRE

 Cette semaine, le jurés de la cour d'assises de Bruxelles-capitale ont eu la difficile tâche de se prononcer sur l'avenir de Omar Ben Athman, un algérien de 27 ans tâche encore plus difficile car l'accusé était défendu par une fine équipe de deux pénalistes, maître Xavier Carrette et maître Catherine Toussaint bien connus pour leur connaissance parfaite de chaque détails de leurs dossiers mais aussi pour leurs plaidoiries extrêmement précises et percutantes qui peuvent faire pencher la balance à tout moment du procès.

Pourtant, après une semaine de débats houleux, émaillée de témoignages douteux, des mensonges de l'accusé et de témoins qu'il a fallu aller chercher avec le concours de mandats d'amener ainsi que de la police fédérale et tout ça pour qu'ils ne viennent juste mentir ou déclarer avoir été menacés par d'autres membres de la communauté algérienne belge, le sort de Omar Ben Athman semblait réglé.

Revenons sur les faits : Le 15 mars 2012, rue de Ribaucourt à Molenbeek-st-Jean, quartier bien connus des dealers et des consommateurs , vers 17h25, un homme de type algérien apparemment accompagné de deux personnes , se rue sur un passant et le frappe par surprise et à plusieurs reprises avec un couteau et prend la fuite. Bref un « simple » règlement de comptes entre dealers

Le début et la fin de la scène sont filmés mais pas les quelques secondes que durent les faits.

Les images visionnées un grand nombre de fois durant le procès permettent facilement de deviner le déroulement de la scène mais l'image étant très peu précise, il est impossible de voir clairement le visage des trois hommes, encore plus de les identifier. Le matin même des faits, la victime, El Ayoubi 44 ans, avait agressé l'accusé à coup de marteau pour lui voler argent et drogue.

Il semblerait que la victime avait l'habitude de ce genre d'attaques.

L'accusé a beaucoup bougé en Europe majoritairement à Paris nous indique non seulement la téléphonie mais aussi ses connections internet. Et surtout l'analyse de ses données n'arrivent pas à le localiser.

Pour finir, Omar Ben Athmane était accusé principalement par deux témoins qui ne sont certainement des ange.

Après un réquisitoire brillant du procureur général, Thibault de Sauvage, maître Carrette et maître Toussaint ont balayé un par un tous les arguments de l'accusation méticuleusement et avec brio et efficacité.

Les jurés, après une très très longue délibération ont pris la décision d'acquitter l'accusé au bénéfice du doute.

../