Crimes et Châtiments - Triple meurtre barbare à Wemmel

Affaire

Triple meurtre barbare à Wemmel

03 Nov. 2013
AFFAIRE
Frederic M’Lemakani, Roberto Milton et Lumu Akutu devront se présenter devant les juges de la cour d’assises de Bruxelles du chef de meurtre pour faciliter le vol de deux véhicules mercedes.
 
Les faits : le 14 novembre 2010, les trois accusés se sont présentés chez Michel De Vleeschouwer afin de finaliser la vente d’un de leurs véhicules.
Les trois hommes étaient à l’aguet : M’lemakani avait dépensé la totalité de sa prime reçue à la fin de son service à la légion étrangère, Milton et et Akutu dans une situation précaire.
 
Lumu connaissant un receleur parisien qui recherchait des véhicules de marque allemandes ,ils ont préparé le vol de la voiture pendant le week-end. 
Le 12 novembre, après avoir trouvé le véhicule sur internet. Ils  ont pris contact  avec les DeVleeschouwer afin de faire essai. Une fois chez eux, ils sont parti faire un tour accompagnés par Michel De Vleeschouwer et son fils Nicolas .
Satisfait de cette excursion, les trois hommes donnent une avance de 3000 Euros et rendez-vous est pris pour remettre le reste de la somme.
Le 14 novembre, ils se présentent à l’heure au rendez-vous et Nicolas De Vleeschouwer les conduit au bureau de son père.
A ce moment- là, Françoise De Vleeschouwer et la petite amie de Nicolas sont dans la salle à manger.
Après avoir entendu des détonations, Françoise Devleeschouwer se rue vers le bureau et voit  son mari et son fils, tous deux ayant reçu deux balles dans la tête. Elle est, tout de suite, exécutée. 
 
Pendant ce temps, la petite amie de Nicolas se couche par terre, faisant « la morte ».
Malheureusement, elle sera découverte et reçoit  un coup très violent à la tête.
Elle est ensuite tirée te par les cheveux forcée de montrer l’endroit où sont les clés.
Mise à la cave, elle voit les deux mercedes qui partaient, M’Lembakani ordonnera à Lumu d’achever la jeune fille d’une balle dans la tête de la jeune fille, ce qu’il fera en lui disant : « Ce n’est pas personnel ».
Elle aura encore la force de  remonter l’escalier pour appeler le 100.
C’est à l’hôpital qu’elle a appris  d’une part qu’elle avait une balle dans la tête mais aussi de l’exécution de la famille De Vleeschouwer.
M’Lembakani et Lumu prirent la fuite à bord des mercedes tandis que Robert, sur les ordres de M’Lembakani essayait en vain de faire démarrer la BMW.
Il finira par prendre la fuite à pied, prenant la peine de faire disparaître la carabine, les portefeuilles ainsi que ses vêtements, les jetant dans diverses poubelles.
Il déclarera aussi s’être désolidarisé de ses comparses lors des deux visites à Wemmel.
Il déclarera aussi : « qu’il se sentait une responsabilité morale entre lui et M’Lembakani et Lumu car ceux-ci l’entretenaient financièrement ».
Il se rendra ensuite dans un café de la place Flagey où les deux autres lui ont donné rendez-vous.
 
Pendant ce temps, M’lembakani et Lumu se livrent à une cérémonie plus qu’étrange : ils s’auto-mutilent et dans un premier temps échangent leur sang avant d’en boire afin de celer leur « pacte ».
Lumu et Roberto décident de partir à Paris (où ils seront arrêtés) tandis que M’Lembakani se rend au Luxembourg où étudie son ancienne petite amie.
Après leur arrestation, M’lembakani fera usage de son droit au silence.
Lumu quant à lui, déclarera que malgré les dires de ses comparses, il n’était pas présent à Wemmel le 14 novembre. Contredit par la téléphonie, il avouera sa présence sur place et son rôle dans les faits.
  
Dès les premières auditions, les accusés se déchirent et se rejettent la responsabilité des premiers tirs.
On pourra en déduire que les armes utilisées appartiennent à M’Lembakani, cet ex-soldat de la légion étrangère, mais d’après celui-ci, c’est Lumu qui est l’auteur des tirs qui ont été fatals à Michel et Nicolas Devleeschouwer tandis que lui-même, « comme un robot » a tiré sur Françoise Devleeschouwer « par reflex, sentant un danger dans son dos. »
Lumu nie cette version des faits et ne reconnait que le tir sur Ebru Yüksel.
Partant de ces données l’avocat général Bernard Dauchau demandera durant son réquisitoire :
-La réclusion à perpétuité, peine la plus forte compte-tenu du fait que M’Lembakani et Lumu sont les auteurs des tirs.
- une peine de 20 à 30 ans, peine moins sévère compte-tenu de sa participation moindre dans la perpétration des faits et sa demande d’acquittement pour la tentative de meurtre.
 
Après s’être prononcés sur la culpabilité, à savoir que les trois sont auteurs et co-auteurs d’un vol avec la circonstance aggravante que 3 meurtres ont été perpétrés pour faciliter ce vol, les jurés ont suivi les accusés et ont condamnés M’Lembakani et Lumu à 29 ans de prison et Milton Roberto à 18 ans, ne retenant aucun compte de la défense de celui-ci qui demandait son acquittement car il s’était « désolidarisé » de ses co-accusés au moment des faits.
 
../