Affaire

Reprise du procès pour parricide et consorts

13 Juin 2017
AFFAIRE

Ce lundi le procès de David Dupuis,Stéphane Picron, et Moussa Touili, les trois comparaissant pour l’assassinat de Robert Dupuis, père du premier le 10 juin 2011 et ce en présence de l’avocat de Stéphane Picron, Olivier Martins.

On se souvient que le procès, un des derniers présidé par la présidente Laurence Massart se dit-il au palais, avait été interrompu suite à l’arrestation très médiatisée de maître Martins. Stéphane Picron avait alors refusé de renoncer à son avocat et introduit une demande de récusation de la présidente Laurence Massart auprès de la cour de cassation, demande jugée non-fondée par ladite cour.

C’est donc après pas loin de mois de suspension que les débats ont pu reprendre en continuant l’interrogatoire des accusés.

Interrogatoire long et fastidieux vu les trois accusés et leurs versions totalement contradictoires.

Pour faire bref, David Dupuis, prétend et ce malgré sa fuite et celle de sa femme et son fils vers la République Dominicaine et munis de faux  papiers dès sa libération conditionnelle, Stéphane Picron , dont nous reparlerons plus en détails qui reconnaît la tentative de la veille des faits mais pas le reste et dont les versions fantaisistes mériteraient un prix d’interprétation au festival de Cannes et Moussa Touili, en aveux des faits et dont peut dire que son émotion et ses remords en fond le seul être humain de cette affaire rocambolesque et grâce à la version duquel la famille de Robert Dupuis sortira peut-être de ce procès avec quelques réponses à leurs questions.

On peut dire que malgré le fait que l’interrogatoire des accusés a été effectué par souci de clarté dans ce dossier en plusieurs parties par la présidente, qu’on interroge Dupuis ou Touili, on en revient toujours aux mensonges de Stéphane Picron.

Il faut dire que l’homme à la carrure : Ancien gendarme renvoyé car il avait déposé sa candidature avec un faux diplôme, ancien mafieux, proxénète à ses heures, ne sachant quand il exerce des activités licites ou illicites, toxicomane, marié deux fois à des prostituées, victime dans cette affaire d’Albanais invisibles qui seraient peut-être bien au fil de ses versions turcs ou serbes, propriétaire de 2, no excusez-moi,4 enfin peut-être 6 ou 8 gsm, le lord Voldemort de cette affaire agace par son arrogance et sa mauvaise foi et ne convainc pas malgré le génie que l’on reconnait volontiers à maître Martins.

David Dupuis quant à lui présente une version qui à ce stade du procès devra être approfondie dans un sens ou l’autre pour que les jurés puissent se faire une opinion « au-delà de tout doute raisonnable » car il y a des éléments interpellant à charge et à décharge qui on l’espère nous seront communiqués dans les 3 semaines que doit encore durer le procès.

Nous reste, à la fin de cette semaine, comme base de travail et de reflexion la version plausible de Moussa Touili qui a parfois bien du mal à contenir son émotion et probablement à comprendre comment il en est arrivé là, lui qui de son propre aveu n’était jamais entré dans un tribunal.

../