Crimes et Châtiments - Fratricide à Uccle. Olivier De Bock déclaré coupablean

Affaire

Fratricide à Uccle. Olivier De Bock déclaré coupable

09 Juin 2019
AFFAIRE

Fratricide à Uccle : Procès d'Olivier De Bocks entre autres

Après de nombreux reports notamment à cause de la traduction des pièces du néerlandais en français et des erreurs de convocations des experts et autres témoins le procès d'Olvier De Bock défendu mar maître Olivia Venet et maître Alain Vergauwen a débuté ce lundi.

Le mobile serait pécunier, concernant l'héritage de leur père.

Olivier De Bock dément encore et toujours toute implication dans ce meutre et ceci depuis le début de l'enquête même si de nombreux éléments convergent dans sa direction : téléphonie, ADN,....

Les faits remontent au 25 mars 2014 à Uccle.

Le corps de la victime, Yves De Bock, un ingénieur de 54 ans avait été découvert tuméfié et à moitié nu le 8 avril le long de l'autoroute E19, à hauteur de Lot dans le Brabant flamand.

Le 25 mars 2014 il avait quitté Uccle pour se rendre à un rendez-vous où il n'était jamais arrivé.

L'enquête a mis à jour différents indices tels que le jour des faits, son téléphone bornait dans la zone où a été découvert le corps de la victime.

De même, on retrouvera son ADN dans la voiture de son frère.

Ce même jour, Yves De Bock avait dit à sa mère vouloir avoir une conversation avec son frère de sa façon de dilapidait l'héritage de leur père.

Durant tout le procès, la salle était divisée en deux : ceux qui gardent leur confiance à OlivierDe Bock, y compris sa mère et ceux qui le pensent coupable.

Le tribunal a entendu deux experts scientifiques , deux proches de l'accusé, son ancienne compagne et un ami.

Il avait été établi que la victime avait reçu avait d'abord reçu un coup à l'arrière de la tête avec un objet contondant et puis "achevée" en lui plantant un objet tranchant dans le torse.

L'accusé s'est présenté le 23 décembre 2015 pour se soumettre au test du polygraphe. Ayant échoué au test en ce qui concerne le meurtre, les enquêteurs relèvent que l'accusé "a bien failli avouer ", pleurant abondamment et se demandant comment il va expliquer tout cela à sa mère et à sa fille avant de demander un moment pour réfléchir. Après cette période de reflexion, il a déclarer avoir été très stressé par le test, ce qui explique les résultats.

De même, confronté aux résultats ADN, il déclarera: "Mettez-moi les menottes et emmenez-moi si les preuves sont là"

Le ministère public a demandé aux juges de tenir compte de ces éléments et ça malgré l'absence de preuves directes et demande une peine de 20 ans.

Les avocats de l'accusé au cours de leurs plaidoiries ont eux contesté tous ces éléments un à un avant de demander l'acquittement pur et simple.

Le tribunal a dans son jugement, retenu que l'accusé, au moment des faits aurait pu s'arrêter et se ressaisir ce qu'il quzlifie de circonstance aggravante de même qu'il a particulièrement retenu la déclaration de l'accusé le 23 décembre 2015 et l'attitude particulière de l'accusé.

Le tribunal a aussi avalisé le motif "vilement financier" du crime vu qu'Olivier De Bock menait grand train alors qu'il était acculé financièrement.

Il a donc prononcé une peine de 17 ans à l'encontre d'Olivier De Bock

Il n'a accordé aucune circonstance atténuante.

 

Le ministère public a , dans son réquisitoire

Le 8 avril , la police retrouvait son corps sans vie le long de la E19.

Suite aux nombreux éléments convergents vers lui, Olivier De Bock est arrêté et inculpé.

 

../